Voyager écocitoyen en Afrique

Tout au long de notre voyage, nous avons essayé de respecter au mieux la planète et donc d’avoir un impact sur celle-ci le plus faible possible. Rappelez-vous d’ailleurs de notre article à ce sujet ICI.

Namibie :

A quelques jours de notre arrivée en Afrique, nous préparons donc comme d’habitude nos premiers pas sur le sol namibien. Pour cela, nous achetons un guide touristique numérique du pays que nous consultons ensuite sur notre liseuse. Nous faisons également quelques recherches complémentaires sur Internet.

Notre idée : continuer à voyager simplement dans un pays où le coup de la vie est beaucoup plus élevé qu’en Amérique du sud par exemple…Et oui, logements, nourriture et activités coûtent chers pour les touristes dans ce pays. Nous pensons donc continuer à utiliser des bus locaux pour nous rendre d’un lieu à un autre puis de loger un maximum en tente ou en auberge de jeunesse.

Malheureusement, par nos lectures et dès les premiers jours dans le pays, nous nous rendons compte que cela va être très compliqué. La Namibie compte 2,5 millions d’habitants pour une surface 1,5 fois supérieure à la France. Les réseaux de bus sont quasi inexistants et les auberges de jeunesse n’existent que dans les 2 plus grandes villes. Le stop n’est également guère possible car peu d’habitants ont de voitures et ils ne se déplacent que sur de courtes distances en général. Sur les routes, on trouve surtout des autos ou bus liés au tourisme.

Adieu donc nos modes de voyage habituels ! Voici les solutions qui s’offraient à nous au regard de notre budget (plutôt réduit) :

  • louer un 4×4 et loger dans des campings officiels ou lodges (hotels adaptés),
  • intégrer des excursions de groupe (safaris) qui incluent un bus adapté, la nourriture, le logement et les visites.

La première option, bien que très tentante avec une grande liberté est aussi la moins éco-responsable. Le véhicule consomme beaucoup et rejette donc pas mal de CO2 dans l’atmosphère. De plus, il ne serait pas plein (les 3 places ou plus à l’arrière seraient vides).

La deuxième option parait donc la plus adaptée. Elle présente tout de même quelques inconvénients : rythme élevé des visites, lieux non desservis et peu de liberté. Par contre, nous bénéficions d’un guide et rencontrons d’autres touristes de différents pays.

Sans surprises, nous sommes partis sur l’option 2 et n’avons pas été déçus ! Un très bon guide et des compagnons de Chine, Etats-Unis, Allemagne, Pays-Bas, Australie, Espagne, Angleterre, Suisse …!

 

 

Afrique du sud :

Dans ce pays, la problématique n’est pas la même. Le pays est beaucoup mieux desservi par les transports en commun (principalement bus). Les auberges de jeunesse sont également plus courantes.

Nous débutons donc notre rapide visite (15 jours) comme nous le faisions dans les pays précédents. Malheureusement, nous sommes vitre rattrapés par le problème de l’insécurité. En effet, nous avions lu que ce pays était encore sous tension malgré l’abolition de l’Apartheid en 1991 (régime de ségrégation systématique qui existait entre Blancs et Noirs). Nous le vérifions assez rapidement avec 2 mésaventures : l’une a un distributeur d’argent et l’autre dans un train.

Conclusion : nous ne pouvions pas voyager en Afrique du sud comme dans les autres pays. A contre cœur, nous préférons donc ne plus sortir des sentiers battus et utilisons les circuits touristiques habituels (excursions sécurisées, taxis, bus touristiques…).

Nous profiterons tout de même des magnifiques paysages qu’offre ce pays et ferons également plusieurs belles rencontres !

 

Avez-vous des questions par rapport à nos choix effectués dans ces pays ?

 

Leave Your Reply